Hypnose & PNL

Thérapie brève, Hypnose, PNL... de quoi parle-t-on ?

aie confiaaaance.transparent...png

« Notre inconscient est un réservoir de ressources. »

L’inconscient, c’est un peu comme la face cachée de l’iceberg. C’est tout ce qu’on sait sans savoir qu’on le sait. Et même si on sait qu’on ne sait pas tout ce qu’on sait, il n’en reste pas moins qu’on ignore tout ce qu’on sait.

Je vais être plus claire.

Imaginez-vous debout, devant l’évier, en train de faire la vaisselle machinalement, tandis que vous pensez à votre journée : sans le réaliser consciemment, vous continuez à frotter les assiettes et à les rincer, tout en restant perdu.e dans vos pensées. Voilà qui, selon la définition du CNRTL, relève du domaine de l’inconscient, c’est-à-dire ‘qui a lieu sans que le sujet s’en rende compte’. C’est la même chose lorsqu’on est dans un état d’hyper-concentration (quand vous êtes sur un puzzle à 1000 pièces par exemple et que vous sortez la langue tellement vous êtes concentré.e… et que vous êtes dessus depuis 4 heures, sans vous en apercevoir).

Ce petit exemple peut vous donner une idée du rôle fondamental de l’inconscient dans notre quotidien. C’est lui qui prend la relève dans de nombreuses situations, car il continue le pilotage de nos actes tout en nous emmenant dans des endroits hors espace-temps (par exemple si je suis en train d’imaginer que je vole… pendant que je fais la vaisselle). La respiration, typiquement, est un exemple assez parlant : avez-vous constamment conscience que vous êtes en train de respirer ? Probablement pas. Pourtant vous respirez tout le temps.

Ces moments où vous laissez l’inconscient conduire, ce sont des moments où vous êtes dans un état hypnotique.

Ah ben tiens, c’est pratique !

Oui. L’état hypnotique c’est un état hors-espace-temps justement. Un état où on laisse notre esprit vagabonder et nous ramener à des souvenirs, à des images, à des conversations… Un état où nos limites habituelles de pensée ne sont plus présentes (imaginer voler… pourquoi pas après tout), ce qui peut être très intéressant pour imaginer d’autres possibilités que celles auxquelles notre cadre de croyances nous limite. Oui bon peut-être pas au point de pouvoir voler. Mais d’un point de vue réaliste, une personne qui se pense incapable de parler devant des gens par exemple peut apercevoir, dans un état hypnotique, cette option comme possible. Et débloquer cette possibilité chez la personne en état hypnotique va lui permettre de développer cette ressource jusque-là ignorée, et donc de mettre en place de nouvelles stratégies.

Contrairement à un processus d’hypnose de spectacle, la personne en séance d’hypnose ericksonienne ne perd pas le contrôle. Elle se détend, se laisse guider, mais peut choisir à tout moment de reprendre pleinement conscience. Le rôle du thérapeute en hypnose ericksonienne est d’amener la personne à aller chercher des ressources enfouies mais bien présentes dans son inconscient, et de lui permettre ainsi de les mettre à profit peu à peu grâce à la communication entre l’inconscient et le conscient. Lors d’un travail en état hypnotique, le thérapeute va s’adresser directement à l’inconscient, après avoir accompagné la personne dans un état de relaxation propre à ce travail.

Les ressources inconscientes de la personne sont des clés qui vont lui permettre de répondre à de nombreuses situations. On peut par exemple trouver des ressources pour des problématiques telles que l'arrêt du tabac, la perte de poids et/ou la gestion du poids, les allergies, les troubles psychosomatiques (migraine, asthme, problème de peau, bégaiement, impuissance et éjaculation précoce...), les troubles fonctionnels (troubles du sommeil, mémoire, pipi au lit, sudation excessive...), les douleurs (en vue d'une préparation à un accouchement, la gestion de petites interventions telles qu'une prise de sang, l'aide à supporter des douleurs chroniques...) et aussi, mais bien dans le cadre d'un complément à toute autre forme de traitement psychothérapeutique et/ou médical nécessaire, les troubles psychologiques (dépression, angoisses, troubles du comportement alimentaire, dépendances et addictions). Bien entendu, l'accès à ces ressources enfouies dans l'inconscient permet également d'améliorer ses potentiels : meilleure concentration, meilleure gestion du stress, meilleure communication, préparation aux examens, etc.

Et il est évident que... cette liste n’est pas exhaustive !

« Chacun.e possède toutes les ressources dont il.elle a besoin pour effectuer les changements désirés. »

 

Et la PNL dans tout ça ? Eh bien à la différence de l’hypnose, la PNL n’est pas un état. C’est une technique. Ou plutôt une boîte à outils comportant de multiples techniques. Et ces techniques sont basées sur un échange conversationnel avec la personne, consciente. Ainsi l’hypnose et la PNL sont deux disciplines parfaitement complémentaires en matière de ‘thérapie’.

Plus spécifiquement, comment ça marche la PNL ? Selon Robert Dilts, l’un des grands experts contemporains de la PNL, c’est une pratique qui cherche à comprendre « comment les interactions entre la pensée (neuro) et le langage (linguistique) organisent le fonctionnement de notre corps et de nos comportements (programmation) ». En d’autres termes : en tant que coach PNL, je vais accompagner la personne à mieux comprendre ses propres fonctionnements et à les modifier pour les rendre plus appropriés à ses besoins.

La première chose que la PNL invite à faire, c’est à mettre les lunettes de l’autre personne.

Symboliquement bien sûr.

Sinon je verrais complètement flou.

C’est le fameux principe dit « la carte n’est pas le territoire » : en mettant les lunettes de la personne que je vais accompagner, je vais la questionner et l’observer pour tenter de comprendre comment ELLE voit le monde, au-delà de mes propres idées et considérations (au-delà de ma carte du monde à moi quoi). Et de ce fait, je vais l’inviter à questionner des schémas et processus qu’elle a mis en place (de façon consciente ET inconsciente) depuis parfois très longtemps, et qui semblent la gêner au moment où elle vient me voir. J’exerce mon travail de ‘péènéliste’ en utilisant le questionnement, l’observation, la reformulation et la synthèse. Je ne vais pas conseiller, mais bien guider la personne. Je n’apporte pas les réponses ni les solutions : c’est elle-même qui va les trouver en déroulant le fonctionnement de ses 'programmes' en répondant à mes questionnements. 

Comme un exemple vaut mieux que 3 paragraphes d'explication, en voici un autre (très simpliste pour des soucis de clarté) :

- Je fume pour satisfaire mon besoin de tranquillité : c'est mon moment à moi, personne ne me dérange, je me sens libre de m'isoler.

- Ok, donc si je comprends bien, ces moments de tranquillité et d'isolement semblent très important à vos yeux. Et si vous arrêtez de fumer, vous ne les aurez plus.

- Oui c'est vrai...

- Comment pourriez-vous faire pour vous sentir libre de prendre ces temps pour vous, autrement qu'en allant fumer ?

- Je ne sais pas*... peut-être que je pourrais en parler, exprimer ce besoin d'être tranquille par moment, et que le reste de la famille / les collègues sachent que c'est un moment à moi ?

(*c'est très souvent la première réponse, mais en réalité, la personne sait ^^)

La personne va pouvoir 'reprogrammer' ses programmes, pour les rendre plus adéquats. Ici en trouvant une autre façon que la cigarette pour répondre à un besoin qu'elle a.

De façon plus générale, elle va pouvoir trouver ses propres solutions, se reconnecter avec des ressources enfouies et inexploitées, et vivre le passage qu’elle a à vivre avec tous les moyens qu’il lui faut.

La PNL est donc un excellent outil de coaching personnel en ce qu’il est parfaitement adapté à l’accompagnement d’un client vers l’atteinte de ses objectifs et vers une amélioration de ses performances.

Pourquoi c’est un outil très utile en hypnothérapie également ? Parce qu’en connaissant mieux les schémas et processus mentaux de la personne, moi thérapeute, je vais disposer de leviers plus efficaces que d’autres pour l’accompagner dans ses changements. Je m’explique. Imaginons une personne qui, en parlant, dévoile une préférence assez subtile pour le canal visuel (elle fait des remarques sur la décoration, porte des vêtements aux couleurs très assorties, observe plein de choses, utilise de nombreux prédicats linguistiques visuels tels que ‘vous voyez ?’, ‘c'est clair’, ‘je visualise bien’ etc). Hé bien je sais que dans mon accompagnement vers l’état d’hypnose par exemple, je vais commencer par utiliser plus de visuel que d’auditif pour occuper son conscient. Je vais lui dire « vous voyez le ciel bleu et les oiseaux qui volent » plutôt que « vous entendez le bruit des vagues et le cri des oiseaux ». Un peu simpliste comme exemple, mais vous voyez ce que je veux dire.

Bref.

Vous l’aurez compris, l’hypnose et la PNL ensemble, ben... ça fait des chocapic. Deux méthodes qui vont parfaitement main dans la main. Mais, cela dit, je conçois tout-à-fait que l’hypnose ne soit pas une pratique qui intéresse tout le monde. C’est pourquoi je propose aussi des accompagnements sans hypnose et plus axés coaching PNL pour les personnes qui le souhaitent. Quoi qu’il arrive, je suis et reste simplement une accompagnatrice qui va se joindre à vous pour vous amener à trouver, retrouver, découvrir et redécouvrir dans votre inconscient et même consciemment toutes les ressources dont vous avez besoin pour faire face aux moments, aux situations, aux problématiques pour lesquels vous venez me voir.

Ce qui me plaît le plus dans ce métier, c’est de vous permettre de vous voir capable de vivre ces moments difficiles avec vos propres ressources, et d’en sortir encore plus fort.e.

Et puis, le but ultime… c’est quand même que vous repreniez le gouvernail de votre propre bateau (comme je le décris dans cet article de mon blog), riche de cette nouvelle force.

 

L’hypnose, la PNL, ça vous tente ? N’hésitez pas à me contacter !

Sans titre(2).png
Sans titre(2).png