Rechercher

Travailler sur soi


Plusieurs fois j'ai croisé sur mon fil Facebook la phrase "Je travaille sur moi-même et c'est le travail le plus important et le plus difficile". Et elle a énormément résonné en moi. Alors j'ai voulu écrire un article à ce sujet. Et le voici.

Bonne lecture :)

Alors déjà, qu'est-ce que ça veut dire « travailler sur soi » ?

Travailler sur soi c’est concentrer ses efforts sur l’amélioration de son être. C’est chercher à mieux se comprendre, à mieux se connaître et à se construire. Se poser des questions et chercher des réponses, observer et modifier ses comportements, prendre ses responsabilités et se respecter, avancer en donnant un sens à sa vie. À mes yeux, le travail sur soi c’est ce qui permet de vivre heureux. Carrément ouais.


Mais alors concrètement, comment est-ce qu'on peut travailler sur soi ?

Là je ne peux donner que des exemples, qui sont les miens :

la méditation,

la pleine conscience,

l’écriture,

la thérapie (longue ou brève)

le coaching (et toutes les méthodes et les exercices qui s’y raccrochent),

la programmation neurolinguistique

des moments de retraite ou des stages/séjours/ateliers

le yoga

Entre autres bien sûr...

Et tout ça tourne autour d’une donnée importante : prendre le temps de le faire.

Et dans prendre le temps de le faire il y a TEMPS et FAIRE.


La première, souvent, on en n’a pas trop. Et prendre du temps pour se développer personnellement c’est pas franchement une priorité, pour la simple et bonne raison que ça ne remplit pas directement le frigo, à l’inverse d’un salaire. Alors hop, on travaille plus pour gagner plus, même si en réalité on travaille plus pour gagner tout autant voire moins.



Et finalement, entre le travail, la gestion du quotidien, la famille et les amis, le temps à consacrer au travail sur soi est minime voire inexistant.

Mais c’est pour ça que je parle de « travailler sur soi ». Parce qu’à mon avis, c’est un travail tout aussi important, voire bien plus, que travailler pour gagner de l’argent.



Je ne veux pas dire que ce n’est pas important de travailler pour gagner de l’argent, mais bien que le travail sur soi est tout autant important. Parce que si on affûte notre conscience et notre connaissance de soi, on est capable de prendre des décisions éclairées, de savoir ce qu’on veut construire et d’avancer dans cette direction plutôt que d’errer sans but à faire heures sup après heures sup pour quelques centimes de plus à la fin du mois.

Et puis après tout, il n’y a vraiment qu’une seule et unique personne avec qui nous allons passer toute notre vie, de la naissance, jusqu’à la mort : c’est nous-mêmes. On ne démissionne pas de nous-mêmes, on ne divorce pas de nous-même, on ne se perd pas de vue avec nous-mêmes. Chaque jour de notre vie on le passe avec nous.


Alors si on ne prend pas soin de nous, comment on va tenir ? Et au-delà de ça même, comment on fait pour mener notre barque là où on veut ? Vivre notre vie selon notre volonté? Pour grandir, choisir, avancer où on le souhaite, ça demande un travail.

Et pour travailler sur soi, j’en reviens à ma phrase de début, il faut prendre le temps de faire.



Et faire, c’est un verbe d’action.

Ça veut dire qu’il est nécessaire d’agir. Pourquoi pas acheter des livres sur des méthodes, oui. C’est un début. Mais bien souvent on les range sur l’étagère et on a à peine jeté un œil dessus. Du coup ben… ça sert pas à grand-chose.

Et non vraiment. C’est l’expérience du faire qui va nous permettre de savoir si telle ou telle méthode marche pour nous. C’est ça qui vient « valider » les étapes de notre travail sur nous-mêmes, comme dirait ma mère. On ne peut pas s’en passer si on veut avancer.

J’ai une petite explication pour illustrer ce propos : en PNL on s’appuie pas mal sur le principe de neuroplasticité du cerveau, selon lequel le cerveau se transforme et les connexions neuronales également au gré des apprentissages. Or, il se trouve qu’on a tous, ancrés en nous, des « schémas » qu’on reproduit automatiquement dans certaines situations. Ça peut être très utile lorsque ces schémas sont constructifs et font avancer, mais lorsqu’ils sont limitants, il est intéressant de chercher à les modifier.

Exemple hyper concret :

Imaginons une personne que je vais appeler Claudette, qui affirme que quoi qu’il arrive, dans ses relations amoureuses, elle finit toujours par quitter son compagnon. Or, elle aimerait construire une relation stable. Elle se retrouve emprisonnée dans un schéma type de : relation amoureuse => rupture.

Alors pour en sortir, Claudette va METTRE EN PRATIQUE des techniques. Et c’est là qu’intervient l’importance du travail sur soi. Claudette va prendre le temps d’agir là-dessus. Quelle que soit la (ou les) technique qu’elle utilise, Claudette va devoir passer du temps et fournir un effort pour changer ce schéma.

Comment par exemple ? Hé bien Claudette peut choisir de prendre du temps sans partenaire pour chercher ce qu’elle veut vraiment en termes de couple. Ou bien elle peut décider de suivre une thérapie qui l’aiderait à sortir de ce cercle vicieux. Ou bien elle peut simplement choisir de faire l’effort conscient de s’arrêter chaque fois qu’elle pensera « les relations amoureuses ne marchent pas pour moi, je vais le quitter », et de remplacer cette phrase fataliste par une autre phrase constructive, simplement tournée au positif.

Les méthodes ne manquent pas, mais ce qui est toujours là, c’est la nécessité d’agir.

Et c’est ça que j’ai envie de mettre en exergue dans cet article : Claudette peut soit choisir de se dire « c’est comme ça, moi les relations amoureuses ça marche pas, tant pis », soit « qu’est-ce que je fais pour changer ça ? » et s’investir dans la construction d’autre chose.

L’idée de travailler sur soi, ça peut faire peur ou paraître décourageant. Mais je considère que rien que le fait de faire une pause lorsqu’on dit une phrase négative sur soi, c’est un travail. Donc il ne s’agit pas de partir en retraite en monastère bouddhiste pendant 3 mois (une idée que je trouve très intéressante quand même ^^), ni de changer d’orientation professionnelle immédiatement, ni de se convertir à une nouvelle religion… Il s’agit simplement de faire des petites actions, sur une base régulière. Et de persévérer. Avoir confiance que ces petites actions vont amener de grands changements, mais pas du jour au lendemain. Avoir conscience que c’est en bûchant qu’on devient bûcheron, et pas en regardant les arbres pousser.


Alors je vous souhaite d’y aller, de tester, d’essayer et d’avoir conscience de vous et confiance en vous. Parce qu’à mon avis, c’est comme ça qu’on devient la personne qu’on souhaite devenir.




Merci pour votre lecture :-)


1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout